Challenge ABC 2019·Laily lit

Laily lit #8 : Le Conscrit, Martin Kohan

  • Littérature étrangère
  • Edition Seuil
  • Collection Cadre Vert
  • Sortie 2012
  • 224 pages
  • 14/20

Buenos Aires, juin 1978. Un conscrit lit le message téléphonique qu’il doit transmettre de toute urgence au capitaine Messiano, le médecin militaire dont il est le chauffeur, parti assister à un des matchs de la coupe du monde de football. Il s’agit d’une question terrible, brutale, posée par un autre médecin militaire, et dont dépend la vie d’une prisonnière et de son bébé. Après avoir corrigé une faute d’orthographe et soucieux de bien accomplir son devoir, le conscrit parcourt la ville à la recherche de son chef pour qui il s’est pris d’affection et dont il admire les valeurs morales d’ordre et d’obéissance. Le contenu de la question posée n’éveille en lui aucune interrogation,de même qu’il reste aveugle à la violence qui règne en dehors des murs du stade où se déroule la fête sportive. et sourd à un autre message, celui de la prisonnière qui le supplie d’alerter sa famille et un avocat.

Construit comme une froide mécanique mathématique, le roman de Martin Kohan est un des plus grands textes littéraires jamais écrits sur ce qui conduit un individu ordinaire à intérioriser la violence politique et à prendre parti pour la répression.

Ce livre est le premier de la liste du Challenge ABC 2019 que Nanet a initié sur Livraddict consistant à lire l’alphabet en noms d’auteur sur l’année dont vous pouvez retrouver mon avancée sur la page dédiée.

Je dois dire que j’ai choisi ce livre un peu par hasard car je voulais avant tout découvrir des auteurs inconnus à mes yeux. C’est en fouillant dans les rayons de la bibliothèque que je suis tombée dessus. Le résumé m’a de suite interpellé et j’ajouterais même qu’à sa lecture, ce roman m’a retourné.

Tout d’abord par sa mise en page particulière ; en effet, chaque chapitre porte pour titre un numéro et chaque paragraphe est numéro en chiffres romans. S’alternent l’avancée du personnage principal et des événements totalement banaux dont on ne sait pas trop ce qu’ils viennent faire là jusqu’au moment où cette phrase fait son apparition.
« A partir de quel age un enfant un enfant peut-il être torturé ? »
Cette réponse, il devrait obtenir en retrouvant le médecin. Cette mission devient son but unique et rien ne pourra le faire sortir de sa route. Le Conscrit vit sa petite vie sans vraiment se poser de questions, il est bien considéré, il a une bonne place (celle de chauffeur du Dr Messiano). Il décrit son quotidien dans un récit banal mais c’est ça qui interpelle. Comment peut-on mener à bien une mission sans réfléchir à ce qu’il se passe au delà?

L’auteur a l’art de faire passer des moments durs et éprouvants et les racontant comme on irait chercher un verre de lait dans le frigo. Les événements sont énoncés aussi platement que ça rajoute de la terreur.

Ce livre questionne sur l’indifférence humaine qui finalement ne laisse pas l’homme de marbre lorsqu’il prend conscience de ce qu’il se passe au delà de ses œillères. Je vous le conseille.

Belle journée/soirée

Laily



Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s